L'agenda 21

Qu'est ce que l'agenda 21 ?

Quelle est la ville de demain ? Quels sont les liens sociaux qui en découleront ? Telles sont les questions que nous pouvons nous poser à travers l'Agenda 21.

Agendas 21 et démarches locales de développement durable :
"20 ans après avoir été adopté au sommet de la Terre à Rio, l'Agenda 21 local est devenu en France un véritable outil de développement durable pour les collectivités et les territoires.

L'Agenda 21 local marque la volonté d'intégrer aux projets locaux toutes les composantes du développement durable : équilibre entre le court et le long terme, conciliation des exigences économiques, sociales et environnementales, prise en compte des enjeux locaux et globaux (efficacité énergétique, effet de serre...), développement écologiquement et socialement responsable."
(Source: http://www.developpement-durable.gouv.fr/)

 

Comment fonctionne un agenda 21 ?

Un agenda 21 se présente sous la forme d'un plan d'actions pluri-annuel que se fixe une commune afin d'amener une vision soutenable cohérente de long terme de son développement urbain économique et social. Le prisme durable de l'agenda 21 permet d'apporter une stratégie vertueuse de développement.

Dans la cadre d'un agenda 21, la ville se fixe différents chantiers.

Exemples : énergie et climat / bâtiment / déchets / transports / urbanisme / politiques publiques / démocratie environnementale (7 chantiers de l'agenda 21 de la ville de Châtenay-Malabry)

Chaque année la ville se fixe plusieurs objectifs, nouveaux ou à péréniser et suit leur évolution.

Exemples :

- Rédution des consommations énergétiques de la ville et de ses habitants conformément au chantier énergie, climat ;

- Dévellopper des filière de valorisation dans une optique "craddle to craddle" par rapport au chantier déchets ;

- Installation de ruches et de nichoirs pour favoriser la biodiversité urbaine dans le cadre du chantier urbanisme ;

- ...

 

AI Environnement et l'agenda 21

AI environnement développe une approche innovante de l'urbanisme durable. Dans le carde de l'agenda 21, AI Environnement insiste sur une approche transversale et participative. Dans la définition de nouvelles formes urbaines, rien n'est déterminé à l'avance et rien ne suit un schéma bien défini. Il est important de faire un travail prospectif et collectif sur l'avenir. La participation des acteurs locaux est importante pour que le projet urbain s'insère dans une dynamique sociale et locale. De même, le projet doit bénéficier d'une large adhésion citoyenne pour en tirer sa légitimité et ses chances de réussite. De surcroit, l'équipe municipale en place pourra bénéficier ainsi du rayonnement positif du projet en termes d'image, vu comme un modèle de participation démocratique. 

Les valeurs d'AI Environnement correspondent tout à fait à ce type de projet. Notre ligne de conduite est de toujours y apporter des principes écologiques marquants. Outres ces aspects environnementaux propres à l'éco-conception des bâtiments (vers l'énergie positive), il est important de considérer le projet urbain dans une perspective de développement économique, commerciale et sociale du quartier.

Ces évolutions vers le développement d'éco-quartiers supposent un changement progressif des mentalités. AI Environnement favorise la concertation et donne toute son énergie à éviter les frustrations et incompréhensions qui amènent au blocage d'un projet et au découragement des parties prenantes.

Un autre point important est de privilégier une vision à long terme. Dans ses projets, AI Environnement fait face trop souvent à une vision "court-termiste" des acteurs impliqués dans les projets urbains. Le coût ne doit pas être uniquement pensé au moment de la livraison d'un projet mais doit prendre en compte la durabilité, l'économie d'énergie différée, les coûts globaux (somme investissement + coût d'exploitation sur 30 ans) et les aspects intangibles autres que financier qui sont le social et l'environnement. Alors seulement on s'inscrit dans une logique de croissance vertueuse.