L’aérogel, inventé en 1931 par un chimiste américain, Steven Kistler, connaît ces dernières années un regain d’intérêt. Ses très bonnes performances thermiques et sa transparence permettent en effet de nombreuses applications dans le bâtiment.

Avec une conductivité d’environ 0,012 w/m.K, il est de 3 à 4 fois plus isolant qu’une laine minérale classique (et non pas 40 fois comme on peut le lire partout sur internet !).
Il pourrait être particulièrement utilisé pour isoler des vitrages et ainsi permettre d’optimiser l’éclairage naturel sans trop favoriser les déperditions. Des industriels proposent déjà des produits, dômes de toiture ou verrières, utilisant ce matériau aux propriétés remarquables.

Mais pour noircir le tableau, la production de ce gel - dont le liquide contenu dans ses pores a été remplacé par de l’air, qui le compose au final à 95% - est très énergivore. En cas d’utilisation importante, la prise en compte de sa fabrication sur le coût environnemental global d’un bâtiment pourrait lui être défavorable.
Dernier point noir : son prix. Vendu actuellement au alentour de 1500€/kg - bien que très léger, 1 litre de matière ne pèse que 3 grammes -, des recherches sont en cours pour le faire baisser. Un prix divisé par cinq pourrait rendre l’utilisation de ce matériau, longtemps réservé à la Nasa, beaucoup plus fréquente dans le domaine de la construction.

Aérogel et conception environnementale : éclairage naturel - isolant thermique

Posted by admin, filed under Matériaux. Date: avril 12, 2011, 3:33 |

Leave a Comment

Your comment

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.