07  juin
Le choix du vitrage

Il faut respecter un ratio surface vitrée / surface habitable entre 16 et 18%. C’est l’optimum repris par la RT-2005, qui est valable pour toute habitation en France (hors Alsace et Lorraine). Au-delà, on augmente légèrement le besoin de chauffage l’hiver par infiltrations, et on dégrade surtout fortement le confort d’été en causant des surchauffes importantes.

Les surfaces vitrées peuvent être considérées comme une véritable chaudière architecturale en hiver si elles sont bien utilisées. Ainsi, le bilan énergétique d’un mètre carré de double vitrage peu émissif avec volets, sur une saison de chauffage, est positif pour toute orientation, hormis les nord !

Pour le confort d’été, il faut se méfier des orientations vitrées à l’ouest qui sont les principales causes de surchauffe. En effet, au sud, l’exposition intervient quand le soleil est au zénith, et donc, l’angle de rayonnement est beaucoup plus incident. Les rayons sont donc plus réfléchis et beaucoup moins absorbés.

Un double vitrage peu émissif ordinaire avec lame d’air et couche d’oxyde métallique renforce l’isolation thermique par 3 ! Quant à un triple vitrage peu émissif avec gaz rare (argon ou krypton), il la renforce par 12 par rapport à un simple vitrage (le coefficient U passe de 5,9 à 0,5 en W/m².K) !

On peut réduire les déperditions par vitrage en différenciant leur utilisation selon les façades, en évitant les menuiseries métalliques (ponts thermiques), en maximisant l’épaisseur de la lame d’air (12mm et pas 6mm), en utilisant des vitrages peu émissifs, en utilisant de bonnes fermetures noctures.

Posted by admin, filed under Rénovation. Date: juin 7, 2008, 4:54 |

Leave a Comment

Your comment

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.