beposlabel.jpg

L’association Effinergie a dévoilé jeudi 21 février, au salon Bluebat à Lyon, son label “bâtiment à énergie positive” (BEPOS). Ce nouveau label permettra de clarifier la démarche du BEPOS.

La démarche repose sur le principe suivant : la consommation d’énergie non renouvelable doit être inférieure à la production renouvelable (en énergie primaire) et en prenant en compte tous les postes de ventilation, éclairage, ECS, chauffage et auxiliaires (5 postes réglementaires), ainsi que l’électrodomestique. Autrement dit, pour bénéficier de l’appellation « énergie positive », les maîtres d’ouvrage devront prendre en compte l’énergie nécessaire au fonctionnement des appareils électroménagers et bureautiques.

“Toutefois, en fonction du type de bâtiment, de son implantation géographique et du nombre d’étages, un écart à l’énergie positive est accepté. Dans les climats rigoureux, des bâtiments pourront bénéficier du label même si leur consommation non renouvelable est supérieure à la production renouvelable”

Le bilan énergétique pourra s’appliquer à un bâtiment ou sur l’ensemble du projet visé par le permis de construire ou le permis d’aménager.

Le label Bepos ne se résume pas au bilan énergétique. Les maîtres d’ouvrage qui souhaiteront prétendre au label Bepos devront également respecter les obligations du label « Effinergie+ ».

Concernant la mobilité (interne au bâtiment), le label ne fixe pas d’obligation de résultats. Même si Effinergie travaille sur un outil internet qui permettra d’évaluer la consommation d’énergie liée aux déplacements des occupants d’un bâtiment.

Pour Effinergie, «ce label n’est qu’une étape sur la voie de la généralisation des Bepos».
“C’est pourquoi, l’association n’intègre pas dans le référentiel de son nouveau label les problématiques de stockage et d’autoconsommation, enjeux liés au caractère intermittent des énergies renouvelables. Elle n’exige par ailleurs aucun niveau de performance en exploitation et se contente de contraindre le maître d’ouvrage à prévoir des procédures de commissionnement de manière à suivre la vie des équipements techniques.”

Dans le même temps, l’Etat réfléchit à introduire son propre label pour 2014, inspiré de celui d’Effinergie. Le ministère du Logement fut récemment chargé par Jean-Marc Ayrault, de mettre en place ce label étatique qui conditionnera l’obtention d’avantages fiscaux dans les années à venir et préparera les acteurs du bâtiment à la future réglementation thermique. A suivre !

(source: Lemoniteur.fr)

Posted by admin, filed under Certifications environnementales, Enjeux environnementaux, immobilier durable, énergie positive. Date: février 22, 2013, 1:24 | No Comments »

 

A l’heure où la RT2012 s’applique à la quasi–totalité des bâtiments neufs, nous pensons qu’il est important de mettre en garde les professionnels du domaine sur l’unes des formules du moteur de calcul qui peut aboutir à des résultats incohérents.

La grande nouveauté en RT 2012, même pour des professionnels habitués au BBC RT2005, reste l’apparition du Bbbio. Il peut être difficile de respecter le Bbio Max, et ce malgré un Cep conforme, et pour cause…

Le Bbio étant défini comme 2*besoin chaud + 2*besoin froid + 5*besoin éclairage, il apparaît notamment en tertiaire que celui-ci est très sensible à l’accès à la lumière naturelle. On cherchera donc à optimiser celui-ci, en favorisant des grandes baies vitrées, des faibles épaisseurs de plateaux…

Le besoin en éclairage est calculé en fonction du niveau d’éclairement naturel (Einat) des zones d’une pièce. En dessous d’un certain seuil, celui-ci est considéré comme trop faible, et l’éclairage artificiel est activé. Il apparaît donc logique d’augmenter au maximum l’accès et le niveau d’éclairement naturel afin de diminuer le besoin d’éclairage et de valider le Bbio.

Or ce niveau d’éclairement est calculé, entre autre, en fonction de la quantité de lumière transmise par les baies d’une pièce rapportée à la surface de la pièce ayant accès à cette lumière (formule 9.1.3.4 p 487 du moteur de calcul TH-BCE). Plus cette surface va être faible, plus le niveau d’éclairement va être grand, et donc moins la lumière artificielle sera allumée. Il apparaît alors une absurdité : moins vous avez accès à la lumière naturelle, moins vous consommez d’éclairage…

Le niveau d’éclairement de la partie de la pièce n’ayant pas accès à la lumière naturelle est tout simplement égal au quart de celui ayant accès à la lumière naturelle. Ainsi si le % d’accès à la lumière naturelle diminue, le niveau d’éclairement naturel calculé augmentera pour l’ensemble de la pièce (celui situé près des baies augmentera comme expliqué précédemment, celui pour le fond de la pièce étant son quart, il augmentera aussi…).

11.jpg

Exemple de besoin d’éclairage d’une pièce de 20m²  pour 2m² de baie, allège à 90 (cas 1) ou 70 cm de hauteur (cas 2), géométrie différente (cas 3). Eclairage non fractionné.

L’accès à la lumière naturelle dépend de la profondeur de pénétration de la lumière (formule p 495 moteur TH-BCE), qui elle-même dépend de la hauteur des fenêtres. Pour une géométrie de pièce et de baie fixée,  vous aurez plus de facilité à respecter le Bbio en la plaçant bas bien que cela soit défavorable au FLJ, étant connu que les parties vitrées situées sous le plan de travail n’éclairent pas le fond de la pièce… (cf différence entre cas 1 et 2).

De la même manière si la longueur de pièce augmente (mais pas sa surface, cas 3), son % d’accès à la lumière naturelle diminuera, ainsi que son besoin en éclairage…

Il apparaît alors selon le moteur de calcul qu’une pièce dont l’accès à l’éclairage naturelle est médiocre, a un besoin d’éclairage plus faible (ici de presque 20%) qu’une pièce mieux éclairée. Cet écart est d’autant plus important qu’il sera multiplié par 5 dans le calcul du Bbio…

Dans le cas où l’éclairage artificiel est fractionné (c’est-à-dire que l’on peut commander indépendamment les luminaires situés près ou éloignés des fenêtres), le problème demeure.

25.jpg

Exemple de besoin d’éclairage d’une pièce de 20 m² pour 2m² de baie en fonction de sa forme. Eclairage fractionné.

Même si ces exemples peuvent paraître exagérés, ils illustrent bien que la sensibilité du besoin d’éclairage par rapport au pourcentage d’accès à la lumière naturelle pourra être différente en fonction de la géométrie de la pièce, du ratio de baies vitrées… et donc poser des difficultés aux architectes et équipes de conception.

Dans tous les cas, il apparaît important de connaître ces limites des règles de calculs - dont les résultats peuvent défier tout bon sens - afin que la RT2012 ne soit pas un frein à l’atteinte des objectifs qu’elle a elle-même fixés.

Article rédigé par Antoine Boulla, chef de projet chez AI Environnement, publié sur lemoniteur.fr

Posted by admin, filed under L'actualité Avenir Investir. Date: février 13, 2013, 5:51 | No Comments »

 

Feebat en 2013

Selon le lemoniteur.fr, il y aurait finalement un point d’entente entre le ministère de l’Ecologie et EDF qui finance à 50% la formation via les certificats d’économie d’énergie.

Après les longues négociations entre EDF et le ministère de l’Ecologie sur la rémunération des certificats d’économie d’énergie, il serait conclu que EDF financerait à hauteur de 50% la formation aux économies d’énergie des entreprises et artisans du bâtiment (FEEBat), et le reste serait pris en charge par le Fafcea (Fonds d’assurance formation du commerce et de l’artisanat du bâtiment) et les Opca.

Toujours selon Moniteur.fr, la négociation serait aboutie et un accord serait trouvé entre les différents protagonistes sur le niveau de la rémunération des CEE (liés à FEEBat), qui passerait de 15 euros le MWh cumac à 10 euros.

Le maintien du dispositif FEEBat en 2013 était encore incertain. La convention signée entre les partenaires en 2007 puis en 2010, s’achevant en décembre 2012.

Si cela se confirme, ce serait évidement une bonne nouvelle pour tous les professionnels du Bâtiment. Tant les défis et les besoins de formation en matière d’efficacité énergétique restent colossaux pour préparer l’avenir du secteur.

Posted by admin, filed under Formation. Date: février 4, 2013, 12:27 | No Comments »