Définition :
Un logement durable est considéré comme un bâtiment au minimum basse consommation (BBC : 50kWhep/m²/an en neuf). Il peut être passif ou à énergie positive. Il est conçu par simulation thermique dynamique, et les outils de calcul statique règlementaire ne viennent que valider sa performance pour le certifier et en aucun cas constituer un outil de conception.
La RT-2005 en effet sur-estime le rôle des systèmes (chauffage, VMC), et sous-estime les apports passifs, internes ou externes. Les consommations réelles ne seront pas les consommations théoriques mesurées par la méthode de calcul TH-CE qui n’est qu’un calcul administratif.

Améliorer les performances énergétiques d’un bâtiment coûte plus cher à la construction (ce que l’on appelle le surinvestissement). Cela vient du fait que l’on fait appel à des techniques constructives et des systèmes parfois moins maîtrisés, à mettre en oeuvre avec plus de soin.
Par contre, le bâtiment BBC durable coûte beaucoup moins cher en entretien, en usage et en factures d’énergie (coût d’usage) !

Et même si le bon sens veut qu’en raisonnant sur le long terme, les bâtiments basse consommations soient beaucoup moins chers et plus confortable, un certain nombre de blocages mentaux et financiers font que le surcoût est souvent mis en avant par rapport au coût d’usage, par les maîtres d’ouvrages. C’est une erreur !

D’où vient le surcoût d’un bâtiment BBC ?
- Amélioration de la performance des vitrages (DV peu émissif ou TV) : entre 100 et 150€,
- Traitement de la perméabilité à l’air et isolation par l’extérieur : entre 100 et 200€,
- VMC double flux : entre 50 et 80€,
- Revêtements de sol sans PVC (sécurité incendis et COV) : entre 10 et 30€,
- Eau Chaude Solaire : entre 30 et 50 €.

La surface de référence considérée ici pour les prix est la surface habitable (SHAB) et nous parlons en coût de construction, VRD compris, en euros hors taxes par mètre carré (€ HT/m² SHAB).
Le surcoût d’un bâtiment labélisé BBC-Effinergie est estimé entre 10 et 20% par rapport à un logement règlementaires (RT-2005) et est pour beaucoup lié au recours aux EnR.

Pourtant, on voit le prix des opérations BBC varier entre 800 et 2300€/m²SHAB ! Le surcoût peut donc être limité voir annulé !

Comment limiter le surcoût ?
- Tandem de maîtrise d’oeuvre archi/BET coopérant bien. Payer la phase conception à sa juste valeur : c’est 1/10è du coût de la construction qui est 1/4 du coût d’usage du bâtiment ! Ce sont aussi les concepteurs qui interviennent sur le chantier pour coordonner les équipes et optimiser les scénarii. Ils font appels à des entreprises générales et artisans souvent prêts à limiter leurs prix pour limiter le surcoût,
- Veiller à ne pas avoir de superflus de chantier,
- Envisager l’industrialisation, la préfabrication en usine et l’assemblage sur le site (filière sèche bois, ou béton),
- Superposer les gaines techniques, approche modulaire,
- Moins de parkings,
- Et enfin ne plus mettre de système de chauffage spécifique (bâtiment passif d’habitation ou de bureau) ! 

Avenir Investir se bat avec des partenaires pour travailler dans une optique durable (équipe et méthodes de travail) ; pour concevoir des bâtiments durables en limitant un maximum le surinvestissement qui pèse sur les arbitrages.

Optimum économique - bâtiment basse consommation - bâtiment passif - surcoût - coût d’usage

Posted by admin, filed under Bâtiment passif, Financement, L'actualité Avenir Investir. Date: novembre 20, 2009, 7:12 | No Comments »