Voici des idées simples pour comprendre la crise et rester optimiste !

A l’instar du financier américain (homme le plus riche du monde) Warren Buffett, c’est le moment de faire les soldes et de saisir des opportunités. Une règle s’impose : être craintif quand les autres sont cupides, et être cupide quand les autres sont craintifs.

> Le retour de Keynes ?

La crise financière pourrait se révéler être une formidable opportunité pour l’Etat Français de relancer l’économie en utilisant pleinement le levier du Grenelle de l’environnement avec des mesures impactantes.

Adopter une relance keynésienne par l’écologie présenterait plusieurs avantages :
- avoir un effet contracyclique sur l’économie réelle en favorisant la création d’emplois dans un domaine qui en a besoin,
- accélérer la révolution qui s’initie dans le bâtiment en favorisant sa transition vers des modes de conception plus durables et économes en énergie,
- accélérer le processus de lutte contre le réchauffement climatique.
C’est la piste la plus optimiste pour gérer la crise et atténuer ses effets, quitte à accroître la dette publique dans ce domaine. De plus cette relance stato centrée ou au niveau européen profiterait pleinement au marché intérieur, puisque l’argent injectée dans l’économie resterait majoritairement sur place si l’on considère ce pan de l’économie moins globalisé.

Plus que jamais, et le plus rapidement possible, l’Etat doit jouer un rôle moteur et exemplaire en la matière, en mettant en valeur son patrimoine immobilier pour économiser de l’énergie.

Il s’agit aussi de rajouter une quatrième dimension au concept de développement durable : la gouvernance. Une gouvernance plus raisonnée passant par une refonte des institutions internationales et des systèmes financiers nationaux pour les mettre uniquement au service du financement de l’économie.

Il s’agit de ne pas pénaliser les entreprises en croissance et ayant besoin de capitaux à investir dans des secteurs porteurs tel que le développement durable en général.

Avenir Investir est à ce titre en phase de recherche de conditions de financements intéressantes (dizaines de milliers d’euros) pour un projet de conception de bâtiment passif. Investisseurs, vous disposez de liquidités que vous souhaitez investir durablement avec de fortes perspectives de rendement ? Entrez en relation avec Avenir Investir par l’onglet contact de notre site.

Il n’y a pas de crise pour qui sait d’adapter, et entreprendre de manière innovante et durable.

> Liens pour expliquer la crise - excellente Bande Dessinée :
http://picasaweb.google.com/rue89.com/Babasubprime?pli=1#
http://desourcesure.com/politiqueaffaires/2008/10/la_crise_financiere_pour_les_n.phpsolution-crise-avenir-investir-avenir-batir.jpg Une solution pour la crise ?Grenelle de l’environnement, remède crise financière, Avenir Investir, Avenir Bâtir

Posted by admin, filed under L'actualité Avenir Investir. Date: octobre 18, 2008, 7:04 | No Comments »

> Définition du concept :
L’empreinte écologique est un concept qui vise à comparer la demande en ressources de l’homme par rapport à l’offre de la nature.
C’est un indice de soutenabilité. L’inventeur de l’indice de comptabilité nationale PIB, Simon Kuznets, appelait déjà à distinguer la qualité de la quantité de croissance dans la mesure de cette dernière.
Ainsi, cet indicateur vise à ramener tout élément, en termes de surface nécessaire pour produire des ressources et absorber des déchets. Il permet de dire par exemple qu’il faudrait 3 planètes si tous les êtres humains vivaient comme des français.
L’empreinte écologique a des nombreuses applications possibles : l’individu, un objet, la ville, la région, un pays… Tout est ramené à une surface comparable à l’échelle de la planète.

Empreinte Ecologique - Avenir Investir

Les calculs nationaux se basent sur différentes sources de données statistiques nationales selon une approche collaborative. Pour les approches plus “micro”, on est proche du bilan carbone.
Le bilan carbone - mis en place par J-M Jancovici et l’ADEME - intègre plus ou moins les mêmes éléments mais l’unité de mesure est exprimé en kg d’équivalent carbone émis par un produit pendant son cycle de production et de vie. Il s’applique plus dans une logique d’entreprise : matériaux entrants, transformation, transport, usage, recyclage…

> Repères et ordres de grandeur :
- Le projet d’éco quartier de Bedzed à Londres est fortement ancré dans cette démarche d’empreinte écologique. Derrière la conception de bâtiments “futuristes”, il s’agit de réduire l’empreinte écologique d’un citoyen anglais y résidant de 3 à 1 planète, en influant sur son mode de vie : alimentation, transports, énergie et eau, recyclage et bien sur logement.
- Le mode de vie d’un français dans les années 60 correspondait à 1 planète contre 3 à l’heure actuelle. La France est clairement un pays débiteur. Il faut néanmoins se méfier de l’hypothèse selon laquelle un pays ne devrait pas consommer plus que son territoire.
- Un américain moyen a besoin d’un de peu plus de 9 hectars alors qu’il n’y a que 1,9 hectars par individu sur terre, en tenant compte d’une photo actuelle du mode de vie (5,6 pour un français).

> Principales conséquences de ces chiffres ?
- Nous vivons à crédits depuis le milieu des années 80. Nos “dépenses” sont supérieures à nos “recettes”. L’empreinte écologique de l’humanité a dépassé la surface disponible de la planète et continue sur cette voie, malgré un commencement d’évolution des modes de vie, dans les pays occidentaux notamment.
- La terre ne se regénère plus : des espèces disparaissent, le climat change, se réchauffe…

Pour obtenir plus de précisions sur la question de l’empreinte écologique, nous vous conseillons de rentrer en contact avec Thierry Thouvenot, spécialiste de la question et fondateur de l’association Nature Humaine > www.nature-humaine.fr.

Calculez votre empreinte écologique et agissez : www.footprint-wwf.be !!!

Empreinte Ecologique Polo - Avenir Investir

Posted by admin, filed under Enjeux environnementaux. Date: octobre 4, 2008, 8:04 | No Comments »