L’équipe complète d’AI s’est déplacée pour participer au NESO (New Energy Solutions in Orléans), lors de sa deuxième édition à Orléans les 28 et 29 mai 2008. Après une première édition du NES à Tours, l’année précédente, la région Centre montre une fois son côté encore ses aspects précursseurs en matière d’engagement de développement durable.

A noter, notamment son initiative de prêt à taux 0% “isolaris” concernant les travaux d’isolation et d’installation solaire thermique à l’égard des particuliers, financé avec des partenaires bancaires grâce notamment à un mécanisme de récupération de CEE instauré.

Au programme de cette journée riche en contacts, et en enseignements : présentation du SéSAME, architecture bioclimatique, outils financiers (CDC, CEE, CPE), les BBC du programme PREBAT, les labels, certifications et les EnR, matériaux et modes de construction (http://www.energiescentre2008.org/fr/accueil_fr.htm)…

Il nous a paru aussi important de mentionner l’entreprise WIRECOM Technologies, qui révolutionne à sa manière la domotique et ouvre la voie à une maison intelligente durable. Il s’agit de fédérer ensemble et de faire communiquer grâce à l’installation de capteurs et de puces (on en truffe la structure) l’ensemble des application et équipements d’une résidence : électroménager, prises, compteur, éclairages, ouvrants, FAI, énergie, EnR, accès, chauffage, climatisation, ventilation. Ainsi, à titre d’exemple, on peut imaginer que lorsque l’on allumera le four, cela coupera le système de chauffage dans la cuisine, pour éviter une surchauffe de la zone, et ouvrera un clapet d’aération supplémentaire de la VMC pour éviter les odeurs. Il se s’agit en rien de centralisation de l’information, mais de transport d’information et de répartition de l’intelligence grâce aux NTIC. Cela s’inspire donc plus d’internet que d’un poste de contrôle.

Philosophie et réflexion de fond étaient aussi présents grâce à Yves Farge notamment qui a marqué la rencontre à notre goût à ce niveau. A mentionner son excellente blague, connue mais qui mérite plus de reconnaissance : “il y a trois manières de se ruiner : la plus agréable, c’est les femmes, la plus rapide c’est le jeu, la plus sûre, c’est les ingénieurs”. Chez AI, nous aimons néanmoins les trois, sans modération.

Posted by admin, filed under Enjeux environnementaux. Date: mai 30, 2008, 7:19 | No Comments »

Chez Avenir Investir, la recherche de la simplicité n’est pas le maître mot. Nous plaçons clairement les objectifs environnementaux les plus ambitieux et les plus difficiles à atteindre au coeur de notre métier. Notre objectif… c’est le “facteur 4″ ! Pas de septicisme, pas de pipeau, il doit trouver sa place dans la rénovation aussi.

Ainsi, pour réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre, deux solutions sont possibles. La production d’énergies renouvelables, ou la réduction des consommations d’énergie. Nous estimons qu’il est nécessaire de placer la sobriété et l’efficacité énergétique des bâtiments avant l’intégration de solutions d’EnR. Et s’il est beaucoup plus complexe d’intervenir sur l’enveloppe thermique et l’isolation des bâtiments, cela est néanmoins notre priorité : économiser avant de produire plus !

Cela nous conduit à nous orienter vers le secteur de la rénovation. S’il est beaucoup plus “facile” pour des programmes neufs d’intégrer les nouvelles préconisations de la RT2005, ou de respecter des Label BBC, nous partons du constat que 90% des gisements d’énergie du bâtiment résident dans l’existant ! Le devoir moral des BET est donc de se placer sur ce créneaux. Nous nous positionnons comme un améliorateur énergétique, couvrant toute la chaîne de valeur de la rénovation thermique, de par notre expertise et nos partenariats, jusqu’au financement des travaux dans le cas ou le client ne dispose que de peu d’apports !

Cette démarche nous amène à privilégier la recherche de fonds privés, bien que plus rares. L’Etat ne peut et ne doit pas assumer seul, par le biais de crédits d’impôt et de prêts bonifiés la charge totale des financements des rénovations à venir. Il existe des opportunités que doivent saisir des acteurs privés. Nous somme en cours de réalisation de partenariats avec EDF, Schneider Electric et Solefim (acteur réalisant du Partenariat Public Privé) dans cette optique.

Nous autres entrepreneurs souhaitons tous changer le monde quelque part. Pourtant, cela passe par la nécessité de le préserver, sans rechercher la simplicité ou attendre le confort des cadres juridiques…

Posted by admin, filed under L'actualité Avenir Investir. Date: mai 30, 2008, 6:31 | No Comments »

Le marché de la construction de logements neufs s’oriente à marche forcée vers la très haute performance énergétique dans le sillage du Grenelle de l’environnement. Dès 2010, la construction neuve devra respecter la norme de BBC (Bâtiment Basse Consommation) établie à 50 kWh/m2/an. En 2020, elle devra être à énergie positive.

Le problème est tout autre en ce qui concerne le parc des bâtiments anciens. Il est primordial d’agir sur cet immense parc de 30 millions de logements construit le plus souvent avant tout règlementation et qui surconsomme de l’énergie. Hors aucune assistance financière et juridique suffisante n’est pour l’instant mise en œuvre pour que les acteurs concernés puissent agir efficacement et réduire de manière conséquente les dépenses énergétiques. Le texte du projet de loi du Grenelle 1 donne un sentiment de partiellement inachevé tant il élude le problème du financement des rénovations énergétique du bâti existant (on parle dorénavant de Grenelle 2 et de Grenelle 3). Le sujet reste très controversé, et loin de faire l’unanimité dans les rangs des représentants des différents collèges. Le projet de loi actuel du Grenelle se contente de mesures d’annonce et de reporter toute mesure concrète, chiffrée à un Grenelle 2.  On annonce dans l’existant pour les bâtiments collectifs : - Pour les bâtiments publics > un appel au Partenariat Public Privé… - Pour les HLM > des taux privilégiés (ce qui est déjà le cas avec la CDC) et des subventions pouvant atteindre 20% du montant des travaux… - Pour le parc privé > locataires et propriétaires se partageront le montant des investissements…Pour les logements et pavillons individuels, tout sera axé sur un crédit d’impôt élargi pour les travaux de performance énergétique. Avenir Investir estime qu’il est crucial de développer d’un label « Bâtiment Basse Consommation Rénovation » pour l’existant comme sur le modèle du neuf. Avenir Investir juge nécessaire que l’Etat montre l’exemple. Il juge aussi nécessaire d’implique et de responsabiliser plus les acteurs privés (notamment les investisseurs). On ne peut faire peser sur les deniers de la seule collectivité publique le financement des rénovations énergétiques. Il y a des opportunités à saisir, notamment par le biais du Tiers Investissement. Et s’il est évident que la sphère privée devra formaliser une solution, il est souhaitable que la loi ne soit pas trop contraignante, mais plus incitative. 

Avenir Investir travail dans cette voie pour créer une solution de financement innovante ou tous les acteurs seront bénéficiaires aux meilleurs conditions.

Posted by admin, filed under Financement. Date: mai 21, 2008, 12:22 | No Comments »

20  mai
Les “Monomurs”

On ne peut qu’énumérer et vanter les avantages de ce matériau de construction de gros oeuvre. Ce produit à base de terre cuite a quasiment toutes les qualités… C’est à se demander comment le traditionnel parpaing en béton peut encore rivaliser pour construire des mûrs porteurs, si ce n’est pour des raisons de coûts de construction. En valeur d’usage, en durabilité, en niveau de confort de l’habitat, le monomur, c’est l’avenir du gros oeuvre hors ossature bois !

Par sa composition, il est naturellement isolant et ce à double titre. Tout d’abord, grâce aux qualités propres à la terre cuite, ensuite par sa structure alvéolaire qui favorise un plus long parcours de l’air dont la conductivité thermique est très faible (0,024 watt/m/d°).
A titre de comparaison : si l’on utilise les coefficients de résistance thermique des matériaux, un mur construit en briques monomur de 50 cm isole 12 fois mieux qu’un mur en béton banché classique de 20 cm et 30% plus qu’un tel mur doublé d’un isolant extérieur de 12 cm ! Avec la monomur POROTHERM R37 de 375 mm, on est encore 12% plus isolant… Pourquoi ?

Le monomur est “sain“, il favorise une bonne hygrométrie du bâtiment et régule l’humidité. Il évite les ponts thermiques, il améliore la qualité de l’air. Du fait de son fort pouvoir isolant (faible transmission de chaleur), son inertie thermique sera un peu réduite, malgré son épaisseur. Pour l’augmenter  et assurer plus de fraicheur en été aux heures les plus chaudes et rendre inutile la climatisation, il faudra avoir recours à des dalles épaisses bois/béton ou avec planchers chauffant/rafraichissant.

Il respecte l’environnement de par sa conception : il nécessite moins de matière grise à sa construction (four) - étant donné qu’il est fabriqué essentiellement à base d’argile - et il est entièrement recyclable.

Il est plus léger à la pose, les joins sont plus facilement réalisables, il est incombustible, il est plus solide et présente une meilleure résistance à l’écrasement, meilleure isolation phonique… Bref, intarissable au niveau des éloges.

Pour plus de renseignement : www.monomur.com ou encore : www.wienerberger.fr.

Posted by admin, filed under Matériaux. Date: mai 20, 2008, 4:12 | No Comments »

Logo Avenir InvestirLogo Avenir InvestirLogo Avenir InvestirLogo 1 Avenir InvestirBonjour à vous, amoureux de la nature et de sa préservation. Paul-Etienne Davier, Sylvain Billé et Charles Kohlheim, vous souhaitent la bienvenue sur Avenir Bâtir, le blog de la SARL Avenir Investir (www.avenir-investir.fr). Ceci est notre premier billet. Notre projet est lancé, et les statuts ne sont pas encore déposé, mais déjà nous avons un contrat de sous-traitance pour un bureau d’étude.

Posted by admin, filed under L'actualité Avenir Investir. Date: mai 20, 2008, 3:03 | No Comments »