Ai Environnement était présent au SIMI qui a eu lieu à Paris - Porte Maillot les 3, 4 et 5 décembre 2014.
Le SIMI est le rendez-vous incontournable des décideurs de l’immobilier d’entreprise réunit chaque année près de 20 000 professionnels et 400 exposants représentant l’intégralité de l’offre immobilière et foncière ainsi que l’ensemble des services associés à l’immobilier et à l’entreprise. Le salon propose de nombreux débats et conférences et à ce titre AI Environnement a notamment organisé une conférence le jeudi 4 décembre dans le cadre du cycle “Architecture.”

Retrouver les moments forts de cet événement  

img_2021-bd.JPG

Le stand d’Ai Environnement

img_2022-bd.jpg

 

Le stand d’Ai Environnement

 img_2002-bd.JPG
Présentation BIM4YOU par Thierry Vanhove, BRZ

conference.JPG
Conférence “pour une architecture et un urbanisme sobres, désirables et durables”


conference-simi.JPG

bandeau-crea-simi.jpg

ateliers-simi.JPG

            Télécharger le programme

INFORMATIONS PRATIQUES        

Accès

Palais des Congrès de Paris – Porte Maillot Niveau 2 - Hall Maillot - stand E19 

Horaires d’ouverture

Mercredi 3 décembre 2014 : 9h00 à 19h00.
Jeudi 4 décembre 2014 : 9h00 à 21h00
Nocturne avec cocktail à partir de 18h
Vendredi 5 décembre 2014 : 9h00 à 17h00.  

 

Posted by admin, filed under Actualité d'AI Environnement, BEPOS, Enjeux environnementaux, HQE exploitation, L'actualité Avenir Investir, immobilier durable. Date: décembre 2, 2014, 2:02 | No Comments »

Le bail vert ou annexe environnementale au bail est la partie du bail consacrée aux performances énergétiques et environnementales. Il ne s’agit pas de toucher au droit découlant du bail commercial, mais de partager le coût et les bénéfices de l’intégration de l’amélioration de ces performances dans la durée.

Objectifs et finalités des baux verts :
L’intérêt du bailleur : il permettent aux propriétaires fonciers d’améliorer la liquidité de leur bien (meilleures signatures, location sans découpe, stabilité), et d’anticiper les obligations réglementaires alors que la mise en conformité des bâtiments tertiaires est dans l’air du temps (2è trimestre 2012 ?).
L’intérêt du locataire : longtemps boudés par les locataires qui craignaient que des charges supplémentaires portant sur l’entretien du patrimoine pèsent sur eux, le bail vert leur permettra pourtant de mieux contrôler leurs charges, d’intervenir dans les décisions, d’améliorer leur politique sociale et environnementale, ainsi que leur communication (RSE), d’améliorer le confort et la santé.

Un cadre juridique souple et consensuel :
Dans le cadre du Grenelle 1 du 3 août 2009 : il est mentionné en indiquant en parallèle que les bâtiment tertiaires auront une obligation de faire des travaux dans un délais de 8 ans entre 2012 et 2020.
Dans la cadre du Grenelle 2 du 12 juillet 2010 : l’entrée en vigueur du bail vert concerne les surfaces louées de plus de 2000m² et est fixé au 01/01/12 pour les baux neufs et au 14/07/13 pour le renouvellement des baux.
Le seuil des 2000m² n’est pas défini : Surface de plancher / SHON RT / Gross Leasable Area (GLA)… Le cadre n’est pas coercitif, puisqu’aucune sanction n’a été instaurée.

Le verdissement des baux dans une logique de longue durée : 
Le cadre du bail vert est donc davantage un cadre incitatif de dialogue entre les preneurs et les bailleurs. L’annexe verte à un bail peut s’inscrire dans une durée différente de celle d’un bail 3-6-9. Cette démarche est vertueuse, oblige à un dialogue dans le temps, avec mesures périodiques des performances énergétiques et environnementales. Il est de même possible de réfléchir dans une logique de Contrat de Performance Énergétique.

Bail Vert AI Environnement - immobilier durable
Sources : LP&A

AI Environnement et ses partenaires accompagnent et conseillent des propriétaires fonciers dans leur politique patrimoniale durable d’amélioration énergétique et environnementale de parc, et sur l’arbitrage de leurs actifs.

Posted by admin, filed under Certifications environnementales, HQE exploitation, immobilier durable, urbanisme durable. Date: juin 14, 2012, 4:42 | No Comments »

Comme son nom l’indique, le Green Lease (bail vert) vient du monde Anglo-saxon. Plus précisément, les premiers Green Lease ont été créés en Australie et ils se développent en flèche auprès de grands bailleurs au Royaume-Unis depuis 2008. Ils arrivent à présent en France dans le cadre du Grenelle de l’Environnement et de la réflextion sur l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires gérés par des propriétaires privés.

Le principe est simple : c’est un bail classique auquel on ajoute des clauses liées à la gestion énergétique et environnementale de l’immeuble, afin de moduler le loyer à la hausse ou à la baisse pour le bailleur ou pour l’usager en fonction de l’implication de chacun et des résultats enregistrés. Ces clauses peuvent être :
- l’obligation du bailleur en termes d’amélioration du bâtiment dans le temps, de maintien des équipements et des systèmes fluides en bon état,
- les éventuelles obligations du preneur à réaliser des travaux d’amélioration énergétique, hygrothermique et du confort au regard des cibles Haute Qualité Environnementale,
- la révision du loyer en fonction des performances énergétiques obtenues (capteurs et mesures à l’appui), une pénalisation du locataire n’atteignant pas ses objectifs et des bonus en cas de dépassement,
- toute mesure favorisant la mise en valeur du bien immobilier tout en réduisant les factures énergétiques et en améliorant le confort de travail des occupant (acoustique, olfactif, visuel, sanitaire…),
- toute mesure portant sur la gestion de l’immeuble : gestion des déchets, approvisionnement…

L’idée est donc que le bailleur met à disposition du locataire des outils pour qu’il s’implique dans la réduction des consommations énergétiques, et profite des gains d’énergie qu’il engendre par la propre action grégaire de ses employés. Ce type de bail vert est particulièrement adapté en aval des certifications environnementales de type HQE Exploitation pour assurer la Qualité Environnementale des Pratiques, responsabiliser/sensibiliser les acteurs et usagers et permettre les audits de renouvellement dans le temps auprès de Certivéa.

Côté propriétaire : il incite le bailleur à mettre en valeur son bien dans le temps, du point de vue du confort, et d’en améliorer la qualité environnementale intrinsèque pour aussi assurer une plus-value patrimoniale (due diligence).

Côté locataire : il force à sensibiliser les collaborateurs autour d’éco-gestes à pratiquer au bureau au jour le jour pour obtenir une réduction de loyer tangible.

Les facteurs qui feront certainement le succès des baux verts :
- au delà des préoccupation environnementales, et de par leurs origines anglo-saxones, ils répondent à des logiques économiques d’optimisation,
- c’est une manière prometteuse de mettre les acteurs dans une logique gagnant-gagnant ou chacun gagne à collaborer en participant à la préservation de notre planète.

N’est-ce pas d’ailleurs une logique où le Grenelle de l’environnement a échoué et qu’il devrait plus systématiquement rechercher à introduire dans ses lois ; pour faire évoluer le modèle global de l’économie, et nos mentalités vers plus de durabilité ?

Lien : www.avenir-investir.fr

Grenelle, modèle gagnant-gagnant, en HQE exploitation

Posted by admin, filed under HQE exploitation, L'actualité Avenir Investir. Date: juin 25, 2010, 6:17 | No Comments »

On parle beaucoup du référentiel HQE construction qui concerne à ce jour la moitié des opérations immobilières en Île de France.

Pourtant, derrière cette “appelation” se cache tout et n’importe quoi. Toute la pertinence d’un bâtiment HQE se base sur la définition d’un profil environnemental adapté au site de l’implantation du bâtiment, d’après une analyse de site bien menée.
Hors des critiques justifiées portent sur le fait que l’on pouvait bricoler des profils HQE simplifiés sans changer le confort ni la performance énergétique du bâtiment.

C’est face à ces limites observées que le HQE a du se réformer pour pouvoir garder une longueur d’avance (performance thermique minimale supérieure à la RT…). C’est dans cette mouvance que plusieurs nouveaux référentiels sont apparus : le HQE exploitation l’année dernière et HQE aménagement à présent.

Présenté le 30 mars 2010 lors d’un colloque, le HQE aménagement propose une méthode d’aménagement durable pour la création d’éco-quartiers. Organisé autour de 17 thèmes, l’approche permettra aux aménageurs de mettre l’accent sur différents points dans une approche globale qui se veut cohérente.

HQE aménagement s’insère entre les démarches de refondation de Plans Locaux d’Urbanise, de Haute Qualité Environnementale et d’Agenda 21. Il ne suffit pas de concentrer des bâtiments HQE pour créer un urbanisme durable. D’ailleurs, les opérations d’aménagement (ZAC et lotissements) ont malheureusement beaucoup diminué face au mitage de la construction individuelle ces dernières années.
Les 17 thèmes du HQE aménagement permettent de faire des choix d’intégration en cohérence par rapport au quartier et à ses habitants, en développant une approche globale d’urbanisme durable : éco-mobilité, densification, mixité d’usages, évolutivité, dynamiques économiques et sociales, patrimoine, énergie, biodiversité…

HQE aménagement, 17 thèmes, aménagement durable, éco-quartiers

 Dernier point de l’évolution du HQE : l’association saura-t-elle imposer des exigences chiffrées afin de se rapprocher des certification BREEAM (UK) et LEED (USA) afin de noter les projets en fonction de leur performance globale ?

 

Posted by admin, filed under Enjeux environnementaux, HQE exploitation, urbanisme durable, éco-quartiers. Date: mai 13, 2010, 1:28 | No Comments »

Le nouveau référentiel HQE® Exploitation bâtiments tertiaires de Certivéa fonde une nouvelle approche environnementale qui risque bien de relégurer au second plan la démarche HQE® construction.

En effet, cette nouvelle démarche concerne tous les bâtiments tertiaires - neufs comme existants - et la nouveauté est que son système de management environnemental repose sur :
- Des performances environnementales minimums : qualité environnementale initiale du bâtiment et amélioration de sa conception (mise aux normes HQE),
- Une amélioration des performances dans le temps : suivi des consommations et optimisation du pilotage énergétique,
- La reconnaissance de l’implication de tous les acteurs : qualité des pratiques, information des usagers. Ce référentiel a le grand mérite de faire travailler dans une même convergence d’intérêts et pour un même site : propriétaires, exploitants et locataires.

HQE Exploitation, système management environnemental-QEIB-QEE-QEP

Pourquoi ce nouveau référentiel alors que la démarche HQE® construction bat son plein ?
- Pour ne pas oublier le patrimoine existant et sa valorisation énergétique et environnementale, 
- Parce que le coût d’usage d’un bâtiment sur sa durée de vie est 5 fois plus importante que son coût initial de construction. Il faut donc s’assurer de son faible coût d’usage,
- Pour s’assurer d’un bon confort pour les occupants : plus grande productivité et moindre risque sanitaire,
- Pour valoriser un bâtiment sur le long terme en intégrant sa “valeur verte”.

“Icade a réalisé, en partenariat avec le CSTB, une étude pour l’ADEME dans le cadre des projets PREBAT sur le retour d’expérience des premiers bâtiments HQE Tertiaire. Ce rapport détaille les performances « réelles » des trois premiers bâtiments certifié HQE et lève le voile sur un certain nombre de constats sur la conception, l’exploitation et leurs vraies performances notamment énergétiques.”
Sources : Batiactu

Premières conclusions : les bâtiments consomment environ 50kWhep/m²/an de plus que prévu. Principales causes :
- confondre HQE et Hight Tech : équipements multimédias énergivores,
- mauvais information aux salariés,
- activité des sociétés locataires en contradiction avec les objectifs de conception. 

Liens vers l’intégralité du rapport : http://www.prebat.net/consultations/resultats/2007/Volet%20Socio-Economie/RapportFinalrebu%2015-12-09.pdf

Lien: www.avenir-investir.fr

HQE Exploitation, programme PREBAT, suivi des consommations

Posted by admin, filed under HQE exploitation. Date: avril 5, 2010, 2:55 | No Comments »